Assurance

Assurance vieillesse

En France, la Sécurité sociale gère l’assurance vieillesse ou l’assurance retraite. De nombreux régimes assurent un revenu aux personnes ayant atteint l’âge de la retraite et ayant suffisamment cotisé.

Le ou les régimes sont déterminés en fonction des emplois occupés durant la vie active de l’individu. Accédez dans ce guide à toutes les informations nécessaires pour comprendre le système de retraite français.

Assurance vieillesse

L’Assurance Vieillesse est composée de différents régimes qui regroupent les assurés en fonction de leur activité professionnelle :

Le régime général géré par l’Assurance retraite (CNAV pour la base et AGIRC-ARRCO pour la complémentaire) pour les salariés de l’industrie, du commerce et des services et pour les indépendants.

Les régimes spéciaux des fonctionnaires et des agents du secteur public gérés par différentes caisses de retraite (par exemple, pour les fonctionnaires de l’État, la Caisse des pensions civiles et militaires pour la base et le RAFP pour la complémentaire).

Le régime des non-salariés agricoles géré par la Mutualité sociale agricole (MSA)

Qui a droit à l’assurance vieillesse des parents au foyer ?

Trois types de personnes peuvent bénéficier de ce régime :
  • Les parents au foyer : ce régime a été créé en 1972 pour les femmes, mais depuis 1979, il est ouvert aux hommes. Ils sont automatiquement affiliés à l’assurance vieillesse du régime général (sous certaines conditions).
  • Les parents d’enfants handicapés : l’enfant doit être atteint d’un handicap ou d’une incapacité permanente d’au moins 80 % et vivre soit à votre domicile, soit être accueilli dans un établissement adapté.
  • Les personnes qui ont la charge d’un membre de la famille handicapé à leur domicile : la personne handicapée peut être un ascendant (parents), un descendant (enfant), un collatéral (frères et sœurs, oncle, tante…) un conjoint, un concubin ou un partenaire de Pacs ou une personne apparentée à ce dernier.

L’assurance vieillesse en France

Le régime de retraite est composé d’une assurance de base et d’une assurance vieillesse complémentaire obligatoire.

L’assurance de base relève du régime général ou d’un régime similaire (régime agricole, régimes spéciaux, régimes des indépendants).

Les systèmes d’assurance vieillesse complémentaire font désormais partie intégrante de l’Arrco (Association des régimes de retraite complémentaire) et de l’AGIRC (Association des institutions de retraite des cadres).

En France, un affilié a droit à une pension de retraite s’il remplit les conditions suivantes :

  • Il a cotisé au régime général pendant au moins un trimestre.
  • Il a atteint l’âge légal de la retraite.

Pour le régime de retraite français, l’âge minimum de départ à la retraite est de 60 à 62 ans en moyenne, selon l’année de naissance.

Pour bénéficier d’une pension de retraite à taux plein à partir de cet âge, l’assuré doit néanmoins pouvoir justifier d’un certain nombre de périodes de cotisation.

L’assuré peut bénéficier de la pension à taux plein quelles que soient ses périodes de cotisation s’il a atteint la limite d’âge de la retraite .

En outre, dans certaines situations, notamment en cas d’invalidité ou de très longue durée d’assurance, l’assuré peut bénéficier d’une pension à taux plein plus tôt et sans décote.

Fonctionnement de l’assurance vieillesse

L’assurance vieillesse repose sur un système de cotisations. Le calcul des cotisations plafonnées est basé sur le plafond de la Sécurité sociale, soit 3 428 € par mois en 2022. Le taux de cotisation plafonné pour cette même année est de 6,90 % pour les salariés et de 8,55 % pour les employeurs.

Le taux de cotisation déplafonné (calculé sur la base du salaire total) est de 0,40% pour les salariés et de 1,90% pour les employeurs.

L’assurance vieillesse CNAV  (caisse nationale assurance vieillesse) assure un revenu de base à tous les travailleurs. Le montant versé dépend de la durée et du montant des cotisations.

Ce calcul tient compte de certaines périodes non travaillées ou sans travail. C’est notamment le cas du chômage ainsi que des congés de maternité et de maladie.

Quelle est la différence entre la pension de base et la pension complémentaire ?

La pension du régime général s’appelle la pension de base, à laquelle s’ajoute la pension complémentaire. Cette dernière est versée par différentes caisses de retraite en fonction des métiers des actifs.

Dans le cadre du régime général, c’est l’Agirc-Arrco qui est chargée de verser ces retraites, qui sont destinées à compenser l’insuffisance de la retraite du régime général. Ce sont les salariés et les employés qui versent des cotisations mensuelles à l’Agirc-Arrco afin de financer les retraites complémentaires.

Le calcul du montant de la pension est différent pour la retraite complémentaire puisqu’il faudra multiplier le nombre de points Agirc-Arrco accumulés par la valeur du point au moment de la liquidation des droits.

Un système par points qui n’est évidemment pas sans rappeler celui proposé par Jean-Paul Delevoye pour la réforme des retraites.

Les articles similaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page